Athènes - Le 13/07/2014

Débarquement en fanfare à Athènes, après 1 mois et demi de voile.

Le nouvel équipage est arrivé. nous partageons le bateau à 11 ce soir.

 

L’occasion de passer une bonne soirée à raconter les aventures des phases précédentes, et de connaître un petit peu ceux qui prendront nos places. Dans la nuit, les autres vont prendre l’avion pour rentrer, et demain matin, je serai le dernier à partir.

 

«  Chaque équipage est une nouvelle aventure » disait Marcel, le capitaine.

 

le second équipage

le second équipage

 

Après avoir vu 3 groupes, je peux confirmer : Changez une seule personne à bord, et c’est toute l’organisation qui est à refaire.

 

Sur un bateau de 12m, on trouve vite sa place :

Pas d’endroit pour se cacher, aucune diversion n’est possible, et c’est ça qui fait le plus progresser. Il faut s’organiser, partager, participer, faire et refaire les mêmes manoeuvres, en gardant le rythme général.

 

Il y a un contraste énorme entre conduire un bateau (répétition quotidienne d’une suite de gestes qui deviennent automatiques) et le fait qu’on navigue sur des éléments imprévisibles, en se réveillant chaque matin dans un lieu différent.

 

Dans le premier équipage (de Tunis à Chania, en Crète), j’étais un peu l’enfant dont on prend soin. En tant que membre le plus jeune, avec une infirmière à bord et un couple fraichement marié j’y était destiné.
Dans le second, de Chania à Athènes, avec l’arrivée d’un mec de mon âge, et la quasi disparition des femmes à bord, c’était plutôt ambiance bon potes. Je suis passé vétéran. J’ai appris à naviguer, à m’orienter grâce aux étoiles… j’ai appréhendé les différences culturelles des régions espagnoles, leurs plats, leurs façons de voir les choses. On a traversé plusieurs mers, plusieurs continents, plusieurs langues…tant de choses inestimables !

 

 

Ce troisième équipage, auquel je ne participerai pas, me laisse une drôle d’impression. Je ne les ai connus qu’un seul jour, mais je suis déjà certains qu’ils sont tous exceptionnels et j’aimerai tellement continuer avec eux. C’est très spécial de penser qu’ils auront leur aventure propre sur ce bateau, complètement différente de celle que l’on a eu juste avant.

 

 

Bière et hamac : ça, ça va me manquer !

Bière et hamac : ça, ça va me manquer !

 

Je saute sur le quai, laissant le capitaine comme dernier témoin de ce mois et demi. On me passe mon gros sac. C’est passé très lentement et tellement rapidement que j’ai l’impression d’avoir eu une deuxième vie. Je me retrouve encore une fois au milieu : entre l’envie de découvrir autre chose, et le regret de quitter une aventure aussi intéressante.

 

 

Je défait les amarres pour la 101ème fois et je les lance à bord. Le mode automatique ne fonctionne plus : je dois les jeter en avant, à quelqu’un que je ne connais pas. C’est un peu la sensation que j’ai à ce moment là : je me lance en avant, encore une fois, dans un univers que je ne connais pas.

 

J’ai l’habitude maintenant, et je sais que d’autres très bonnes aventures m’attendent : demain, je commence le stop direction l’Asie !

    

(Visited 101 times, 1 visits today)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *